Accueil > S'informer > Informations archivées > 2018 > Redécouvrez les fortifications de Mézières et leur disparition grâce aux archives notariales

S'informer

Redécouvrez les fortifications de Mézières et leur disparition grâce aux archives notariales

Les fortifications, côté est

Deux plans de la fin du XIXe siècle témoignent de la destruction des anciennes fortifications et de l'aménagement de nouveaux quartiers

Le reclassement des archives des notaires de Mézières sont l’occasion de redécouvrir deux plans illustrant les importantes opérations d’urbanisme réalisées à Mézières à la fin du XIXe siècle et donnant un dernier aperçu sur des fortifications aujourd’hui disparues.

Le premier plan est réalisé à l’occasion de la vente aux enchères organisée le 27 novembre 1886 par la ville de terrains à bâtir situés actuellement autour de la place d’Arches entre la rue d’Alsace et le boulevard du préfet Frain.

Ces terrains ont été récupérés par la ville de Mézières à la suite de la destruction des fortifications rendue possible après le déclassement de la place de Mézières en 1884. Ce plan est particulièrement intéressant car il permet de voir en superposition le tracé des nouvelles rues et celui des anciennes fortifications.

Le second plan permet, quant à lui, de voir l’ensemble des fortifications situées à l’est de la ville de Mézières. Il donne également un aperçu des bâtiments constituant la citadelle de Mézières qui seront détruits au début des années 1960.

Ce document est une des pièces annexes d’un acte de vente conclu le 22 mai 1893 entre Henri Pommery, négociant en marc de Champagne à Reims, et Gustave Adolphe Clément, constructeur de vélocipède. Par cette vente, l’acquéreur, aussi connu sous le nom de Clément Bayard, devient propriétaire des ruines d’une ancienne usine hydraulique dite « Moulin de Mézières » située sur la place d’armes (actuellement la place de la préfecture) et incendiée suite au bombardement de Mézières le 31 décembre 1870. Il acquiert également les dépendances de l’usine constituées du canal d’amenée des eaux et d’anciens terrains militaires comprenant des bastions. Cette ruine deviendra par la suite la Centrale Mazarin qui alimentera en électricité les usines de la Macérienne.

Ces deux plans et les actes notariés auxquelles ils sont annexés sont consultables aux Archives départementales sous les cotes 3E2 36 et 3E2 56.

 

Quartier d'Arches

Espace personnel

Archives départementales des Ardennes - Mentions légales - Crédits