Accueil > Activités culturelles > Galerie d'expositions > Les Domois sous l'occupation, il y a 100 ans...

Activités culturelles

Les Domois sous l'occupation, il y a 100 ans...

Les Domois sous l'occupation, il y a 100 ans...

15 Num - 43 vues

Il est de ces collectes qui font la joie de l'archiviste, parce qu'elles sont inédites et inestimables, mais avant tout, parce qu'elles participent à l'enrichissement de notre patrimoine commun, à la pérennité et à la transmission de notre mémoire collective. A l'heure où nous préparons la commémoration d'une échéance mémorielle importante, le centenaire de la Grande Guerre, les Archives départementales viennent d'acquérir à titre de don, une série de 42 clichés représentant les habitants de Dom-le-Mesnil, photographiés par les Allemands, durant la Première Guerre mondiale. Yanny Hureaux nous relate les circonstances de leur découverte par Jean Monti, conseiller municipal : "Peuplé avant la guerre de quelque douze cents âmes, Dom-le-Mesnil était réputé pour ses brasseries et la carrière de pierres « de Dom » qui triomphent dans la place Ducale de Charleville.

Les photos des groupes d'habitants furent prises vraisemblablement le même jour, par une équipe spécialisée qui allait de village en village. Au premier rang, les gens sont assis sur des chaises extraites des maisons (on les voit sur la photo du curé et du sacristain) [15 NUM 9]. Derrière, le second rang se tient debout, le troisième est campé sur un banc. L'arrière-plan est un mur en pierres de Dom. Quand on sait la rigueur de l'organisation et de l'administration « à l'allemande », on imagine le nombre de « Silence ! », de « Schnell ! », de « Pas bougiert ! » qui rythmaient le mécanisme d'exécution de l'opération.

Tous les photographiés, sans exception aucune, pauvres vieillards aux imposantes moustaches, vieilles et jeunes dames enveloppés dans des châles, hommes chargés des travaux obligatoires et dont certains portent le brassard du responsable de section, fillettes et garçonnets, jettent à la gueule de l'occupant le regard d'une révolte obligatoirement contenue, mais empreinte d'une émouvante dignité." C'est un trésor à l'intérieur d'une boîte en carton qui est entré aux Archives départementales.

 

Lire l'article de l'Union l'Ardennais


Espace personnel

Archives départementales des Ardennes - Mentions légales - Crédits