Accueil > S'informer > Informations archivées > 2013 > Abbé LACAILLE

S'informer

Abbé LACAILLE

FRAD008_5FI_070_0001.jpg

Il y a 300 ans naissait Nicolas Louis de La Caille, qui reste peu connu du grand public, alors que son apport à
l’astronomie moderne est phénoménal. Baptisé à Rumigny le 29 décembre 1713, il passe les premières années de sa vie dans la campagne ardennaise avant de fréquenter le collège de Mantes-sur-Seine. Il approfondit la rhétorique au collège de Lisieux, se destine à la prêtrise et étudie durant trois années la théologie au collège de Navarre. Sa passion pour l’astronomie le rattrape. Il entre à 23 ans à l’Observatoire royal de Paris où il devient l’élève de Cassini. Il participe avec Maraldi en 1738 à une campagne de relevés de la côte atlantique et prend part à la nouvelle mesure de la méridienne dans les Pyrénées, ce qui lui vaut un poste de professeur de mathématiques au collège Mazarin et son entrée à l’Académie des sciences en 1741.

En 1750, Nicolas La Caille projette de calculer, avec une méthode purement mathématique, la parallaxe de
la Lune, c’est-à-dire la distance qui sépare la Terre de son satellite. Pour ce faire, il arrive au Cap en avril 1751. La mesure est un succès : il obtient un calcul de 57 minutes d’arc, ce qui s’avère être très proche de la distance
établie aujourd’hui à 384 000 km. Il met à profit son séjour dans l’hémisphère sud pour dénombrer près de 10 000 étoiles, là où Halley (celui de la comète du même nom) en avait compté 350. S’enfonçant dans les terres d’Afrique du sud, il mesure également un degré de la méridienne et est chargé d’effectuer la cartographie de l’île de la Réunion et de déterminer la position de l’île de l’Ascension. Après un séjour de trois ans et huit mois, La Caille rentre en
France le 4 juin 1754.

À son retour, sa renommée le précède mais il fuit les éloges, préférant passer ses journées à l’Observatoire, continuant ses calculs, ses devoirs d’académicien et de professeur de mathématiques. Il meurt à Paris en mars 1762.

Aujourd’hui, les astronomes célèbrent son œuvre : l’Observatoire de Paris, qui conserve ses manuscrits, ses publications et son journal devoyage, organise de septembre 2013 à mars 2014, une exposition entièrement dédiée
à ce brillant scientifique ardennais (http://www.obspm.fr/une-nouvelle-exposition-a-la-bibliotheque.html).

Cote du document en vignette : 5 Fi 70

 


Espace personnel

Archives départementales des Ardennes - Mentions légales - Crédits