Accueil > Activités culturelles > Lumière sur un document > La guerre de 1870 à Raucourt-et-Flaba

Activités culturelles

La guerre de 1870 à Raucourt-et-Flaba

EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H27

L'impact de la guerre de 1870 dans la commune de Raucourt-et-Flaba à travers les archives communales déposées de la commune.

Le code du patrimoine prévoit le dépôt des archives des communes de moins de 2000 habitants des documents de l'état civil ayant plus de cent cinquante ans de date, les plans et registres cadastraux ayant cessé d'être en service depuis au moins trente ans et les autres documents d'archives ayant plus de cent ans.

Les archives produites par la commune de Raucourt-et-Flaba sont très précieuses car elles constituent le matériau brut de l’histoire de la commune. Elles ont fait l’objet d’un travail de classement à la suite de deux dépôts datant de 1972 et 2014. Ces archives témoignent de l’histoire administrative des communes de Flaba, de Raucourt, et de la commune fusionnée dès 1828 de Raucourt-et Flaba : cet ensemble représente 6,50 mètres linéaires de documents, répartis en 258 articles au total.

Ce fonds d’archives, très riche, présente en particulier dans les 9 articles cotés EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H 25-33 des documents inédits concernant la guerre de 1870, période assez méconnue de notre histoire.


Raucourt-et-Flaba, commune de l’arrondissement de Sedan, chef-lieu de canton de 1794 à 2015, compte 1593 habitants en 1866 (recensement de la population disponible sur le site internet EHESS-Cassini consultable au lien suivant : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=28671).


Si les guerres de 1914-1918 et de 1939-1945 sont très connues aujourd’hui grâce aux multiples recherches historiques et actions de commémoration, il faut imaginer qu’à l’entrée en guerre en 1914, la France était très marquée par la défaite de 1870 qui avait donné lieu à des bouleversements majeurs : destitution et capture de l’empereur Napoléon III, défaite de la France et chute du régime impérial, proclamation d’un régime républicain encore fragile, et amputation du territoire national de l’Alsace et de la partie mosellane de la Lorraine.

Parmi les documents déposés par la commune, on trouve des états de situation concernant entre autres les hommes appelés et volontaires, les réquisitions, des documents relatifs au logement et au cantonnement des troupes, sans oublier un état des militaires français blessés ou tués.

Ce corpus renferme également des documents relatifs aux contributions et dommages de guerre et d’une manière plus générale à la sortie de guerre.

Ces dossiers sont constitués par les parties concernées pour demander réparation et compensation financière des préjudices et efforts matériels engagés durant la période de guerre, pour les autorités françaises et prussiennes (et par la suite allemandes).

Quelques documents permettent de comprendre l’histoire de cette période :

Dans un courrier daté du 30 janvier 1872 le sous-préfet de Sedan sollicite le maire de Raucourt-et-Flaba afin de former « un comité de soutien pour hâter la libération du territoire » (EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H 33). Ce comité serait identique à ceux formés à Charleville et Mézières et le sous-préfet se propose de coordonner ces organismes, et en particulier en le reliant à celui de Sedan.

Une étude de  ces comités serait alors la bienvenue !

Le maire de la commune de Chémery informe son collègue de Raucourt-et-Flaba de régler la question des dommages de guerre et des contributions engagées par les habitants de la commune, conformément à l’arrêté du Préfet des Ardennes du 4 mai 1871, installant la commission départementale (EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H 32).

Cela apparaît comme une sous-commission communale chargée de dresser procès-verbal des dommages et réparations demandées par les habitants de la commune, sous réserve de le prouver. Cette sous-commission est composée du maire, de l’adjoint et de tous les conseillers municipaux, et doit dresser un état détaillé des dommages et pertes accompagné d’évaluations en argent (pour le fourrage fourni par exemple) afin que le conseil municipal apprécie les demandes (en maintenant ou en réduisant en cas d’évaluation exagérée). Le dossier renferme également des bons de déclaration émanant par exemple des Sœurs de Raucourt, ou d’une certaine Mme Lefevre, qui s’est acquitté de travaux et de produits servant au lavage du linge (cendre, savon…) pour l’ambulance des soldats dans la commune.

Par ailleurs, une note « confidentielle et très importante » du Sous-préfet de Sedan datée du 14 juillet 1873, date ô combien symbolique évoque le retour en Allemagne de l’armée d’occupation  (EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H 29). Il demande également au maire de « faire connaître très exactement, jour par jour, l’importance des détachements qui arriveront dans [la] commune », en souhaitant enfin une « attitude digne et réservée à conserver jusqu’au dernier moment » de la population.

Enfin, cette série de documents d’archives permet d’avoir connaissance de listes de blessés français qui ont reçu des soins dans les ambulances (EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H30) ou encore l’état des logements de troupes présentant le nombre d’hommes et le nombre de journées occupées dans les maisons, chez les particuliers (EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H27).

L’exploitation historique de ces documents permet de comprendre très directement la réalité de la guerre et ses impacts sur le territoire.

Gageons que ces documents, tous communicables en salle de lecture des Archives départementales susciteront des questionnements et piqueront la curiosité des lecteurs !

EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H27 EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H31 EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H32 EDEPOT/RAUCOURT-ET-FLABA/H32

Espace personnel

Archives départementales des Ardennes - Mentions légales - Crédits