Accueil > S'informer > Informations archivées > 2016 > Un épisode méconnu de la Première Guerre mondiale

S'informer

 

Un épisode méconnu de la Première Guerre mondiale

FRAD008_1J1169_001.jpg

Le rapatriement des civils en France libre

Les Archives départementales des Ardennes viennent de recevoir en don des archives de la famille Corbion de Sedan. Elles documentent un fait méconnu : le rapatriement des civils ardennais par les autorités allemandes pendant la première guerre mondiale. Face aux difficultés croissantes de ravitaillement des populations civiles dans les zones occupées, les Allemands décident de rapatrier en France les civils qui ne représentent pas une main d’œuvre utile. Ils organisent des convois ferroviaires qui contournent le front en traversant l’Allemagne et la Suisse et qui terminent leur voyage à Annemasse en Haute-Savoie. Entre avril 1915 et septembre 1918, 70 000 ardennais sont ainsi rapatriés en France libre.


C’est le cas de la famille Corbion. Les membres de cette famille restée à Sedan sont Hélène Corbion, ses deux filles Marguerite et Marie-Louise, âgées de 12 et 5 ans, et sa belle-mère Marie Corbion. Les quatre femmes reçoivent le 18 décembre 1916 une convocation leur enjoignant « à se présenter  pour l’examen et le paiement des bagages. En même temps sera perçu le montant de votre billet qui vous sera délivré. Chaque personne n’a droit qu’à une malle ne dépassant pas 70 kilos et les bagages doivent porter très lisiblement les noms prénoms et domiciles des propriétaires… Enfin il est rappelé que tous les écrits et l’argent que l’on veut emporter doivent passer la censure de la commandanture ». Trois jours plus tard, une note de la Kommandantur leur est adressée leur indiquant qu’elles « ont été désignées… pour être rapatriées en France » et qu’elles doivent se présenter à la gare le 22 décembre à 8 heures moins le quart.


Arrivée à Annemasse le 24 décembre 1916, Hélène Corbion envoie à des membres de sa famille à Paris le télégramme suivant « Arrivons tous quatre demain neuf heures soir embrassons tous Hélène ». L’époux d’Hélène Corbion, Louis Corbion, soldat stationné à Saint-Nazaire, apprend, quant à lui, la nouvelle du retour de sa famille à Paris grâce à une carte transmise par l’Office de renseignements pour les familles dispersées.


Les archives de la famille Corbion sont conservées sous la cote 1J 1169 et sont consultables en salle de lecture des Archives départementales.


Si vous aussi souhaitez assurer la préservation de vos archives familiales en confiant leur conservation aux Archives départementales des Ardennes, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : archives@cd08.fr


Espace personnel

Archives départementales des Ardennes - Mentions légales - Crédits