Le gendarme à Charleville

2E105 193 (Extrait)

Un autographe de Louis de Funès aux Archives départementales des Ardennes

Le nom du plus célèbre gendarme du cinéma reste associé à Saint-Tropez, mais peu de gens savent que Louis De Funès est également lié aux Ardennes. En effet, avant même de débuter sa carrière de comédien et de rencontrer tardivement la célébrité, l’acteur a enchaîné maints petits boulots.

C’est ainsi qu’il arrive avec sa première femme, Germaine Carroyer, à Charleville à la fin de l’année 1936. Il est étalagiste chez Devred puis travaille dans la clinique située au 8 rue de l’église dans laquelle naît son premier fils, Daniel, le 12 juillet 1937. Les Archives départementales des Ardennes conservent son acte de naissance (cote 2E105 193).

On ne trouve étrangement pas la trace de la petite famille dans le recensement de la population de Charleville en 1937 (il n’y en a pas pour 1938) à l’adresse indiquée sur cet acte (5 rue Jean-Jacques Rousseau).

Louis de Funès a-t-il déménagé après son recensement et figure-t-il dans le document à une autre adresse ? Nous laissons le soin de résoudre cette énigme à un lecteur disposant d’un peu de temps (cote EDEPOT/CHARLEVILLE/1F 402). Le couple repart dès 1938 mais les Ardennes se rappellent au souvenir de Louis De Funès d’une manière tragique : son frère Charles est tué le 20 mai 1940 à Sault-les-Rethel (sa fiche sur le site Mémoire des hommes indique Rethel).

Après maints courriers, l’acteur réussira à le faire enterrer au cimetière militaire de Rethel.